Cinq croix gammées ont été découvertes vers 9h ce lundi matin sur les murs de l’ancienne synagogue de Mommenheim. À Strasbourg, un écrit à caractère antisémite a également été découvert à l’école maternelle du Conseil des XV.

Cinq croix gammées ont été découvertes vers 9h  lundi matin sur les murs de l’ancienne synagogue de Mommenheim qui est devenue un espace sportif au début des années 2000. De la peinture violette a été utilisée pour ces inscriptions dont trois figurent sur la façade et deux sur un côté du bâtiment.

Le maire, la gendarmerie de Brumath et des techniciens en investigation criminelle se sont rendus sur place. Le périmètre de sécurité a été levé vers 12h30. La section de recherches de la gendarmerie est saisie. Le maire a déposé plainte dans l’après-midi.

À Strasbourg, un écrit à caractère antisémite a été découvert ce lundi matin à l’école maternelle du Conseil des XV. Le document au format A4 était accroché devant l’entrée du personnel de l’établissement de la rue de Rotterdam. Le maire Roland Ries s’est rendu sur place dans la matinée en compagnie de l’inspectrice d’académie. Une enquête a été ouverte.

Ces faits surviennent deux jours après la profanation de la stèle commémorative de l’ancienne synagogue du quai Kléber à Strasbourg.

« Les mots ne suffisent plus, il faut des actes forts »

Dans un communiqué publié ce lundi soir, le président de la Région Grand Est, Jean Rottner déclare:

« Après la profanation du cimetière juif de Quatzenheim le 19 février, la dégradation de la stèle de l’ancienne synagogue de Strasbourg le 2 mars, de nouvelles actions antisémites ont été menées aujourd’hui à Mommenheim et, ultime provocation, devant une école de Strasbourg.

Nous n’écrirons jamais assez que ça suffit, que la justice doit faire son travail, que les auteurs doivent être punis.  J’ai demandé au Président de la République que l’année 2019 soit celle de la lutte contre l’antisémitisme car je suis convaincu que cela peut aller dans le bon sens pour instruire les plus jeunes générations sur ce qu’a été la Shoah et ce qu’a vécu la Communauté juive.

Mais aujourd’hui, il nous faut aller encore plus loin. Les mots et les condamnations ne suffisent définitivement plus. Le Bas-Rhin ne peut devenir un terrain de haine qui se manifeste chaque jour dans les cimetières, sur les stèles et maintenant devant les écoles !

Le communautarisme conduit inéluctablement au rejet. Soyons vigilants ! Ne laissons pas s’installer un climat de haine dans notre territoire !

En cette période de crise sociétale, nous avons besoin de nous rassembler, de faire front, d’imaginer notre avenir ensemble ! Certainement pas de désigner des boucs émissaires… », déclare Jean Rottner, Président de la Région Grand Est.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here